Le dernier ARAGON

Le dernier ARAGON

20,00

Patrice Lestrohan

“C’est le siècle qu’on porte en terre”, avait écrit “Libération”, au jour des obsèques du grand écrivain Louis Aragon (1897-I982) à qui Mitterrand refusa toutefois des funérailles nationales. De ce siècle-là et de sa légende, le romanesque Aragon, fils caché d’un ancien préfet de police de Paris, a en effet tout connu : les deux guerres mondiales, Résistance incluse ( ses médailles militaires n’étaient pas sa moindre fierté), l’épopée débutante, puis la tragédie du communisme, la guerre froide du côté qu’il avait choisi dès les annnées 20, les premiers soubresauts à l ‘Est, la rébellion de la jeunesse en 68 ( il fut le seul hiérarque du PCF à se risquer, en Mai, au Quartier Latin), etc. Pour ne rien dire d’une oeuvre multiple, sinon infinie qui a fait de lui l’autre Victor Hugo, “moins le théâtre”, disait-il en souriant . “Quoi qu’on dise et pense, il restera Le Virtuose”, répétait son vieil ami des premiers temps du surréalisme Philippe Soupault.
Au soir de sa vie, au tournant des années 7O, la disparition de sa compagne de quarante-deux années, de sa Muse aussi, Elsa Triolet le laisse cependant prostré et quasi-incapable d’écrire une ligne. Il ne faut pas huit mois pour qu’il s’invente une nouvelle de ces métamorphoses dont il n’a jamais été à court. Au feu, les costumes de banquier communiste. Aragon réapparaît habillé par Saint-Laurent, les cheveux longs et entouré d’une cour de jeunes hommes qu’il régente en souverain matois, mais dont il est parfois la victime trop consentante : “le Fou d’Elsa” vient de découvrir, selon sa formule, “une autre façon d’aimer”. Dupe de rien, l’ex-pape rouge de la littérature ne se soucie toutefois plus d’excommunier ou d’encenser. Prodigue, Aragon flambe et voguent les galères. Le ton impérieux, sinon cassant de naguère cède souvent la place à une gentillesse attentive. Sur fond de survie désespérée, ses journées oscillent entre des bonheurs de rencontres (ou de voyages) et des tristesses ( ou des angoisses) secrètes, des enthousiasmes et des dépressions, des provocations folâtres et des honneurs bien traditionnels et, au rayon politique, entre une inébranlable orthodoxie et de petits assauts contestataires: c’est la libération d’un dissident incarcéré, le cinéaste homosexuel Sergueï Parajdanov, qu’il vient pour la première fois en somme réclamer du Kremlin à son dernier voyage à Moscou (1977). La direction du Parti qu’inquiètent ses écarts publics, et plus encore privés, s’efforce de le tenir à l’oeil et l’assomme périodiquement de spectaculaires hommages. Au “pot” qu’organise en son honneur” “l’Humanité”” quelques mois avant sa mort, Aragon grommelle : “On me traîne ici comme un chien “. Un chien très savant alors… “Mise en scène de son déclin” pour les uns, “tragédie” pour d’autres, le crépuscule d’Aragon (197O-1982) avait été à ce jour très peu évoqué par les aragonautes (ou aragoniens) Pour le raconter, l’auteur a rencontré de nombreux proches et familiers : peintres, comédiens (Judith Magre, Patrice Kerbrat), écrivains (Régis Debray, Jean d’Ormesson ), dirigeants com-munistes (Jack Ralite, notamment), universitaires et autres” personnages” plus méconnus, mais pas moins attachants, du “grand théâtre aragonien ” (François Nourissier). “Le temps d’apprendre à vivre, il est déjà trop tard”, chantait le si complexe “Louis” ( pour ses amis). Il parlait sans doute d’expérience …
Patrice Lestrohan est journaliste, il a collaboré successivement au “Nouvel Observateur”, au “Quotidien de Paris”, à “L’Evènement du Jeudi”, à l’hebdomadaire “Stratégies” et, plus longuement, au “Canard Enchaîné”. Il a notamment publié en 2OO7 au Cherche-midi éditeur une biographie d’Edgar Faure : “L’Edgar”.

14 x 21 – 240 pages
ISBN: 978-2-36013-005-4

Catégorie :

Livraison gratuite

Pour toute commande, où que vous soyez, nous livrons vos titres gratuitement par la Poste
~

Paiement sécurisé

Site sécurisé par certificat SSL. Paiement par carte bleue, Paypal ou virement bancaire

Droit de retour

Vous avez jusqu’à 14 jours après réception de votre colis pour changer d'avis