La visite curieuse et secrète

La visite curieuse et secrète

ou relation véritable de choses
inouïes se passant en
la mer et ses
abysses

« Lecteur, si tu choisis d’ouvrir ce livre, tu y verras me tenant compagnie et me chauffant la jambe, un manchot, royal qui plus est. Comme un être humain il possède un prénom, connu d’un petit cercle de privilégiés. Il s’appelle Dominique. Dominique le manchot. Tu apprendras bientôt, au cours de ces pages, la cause de ce prénom ainsi que sa surprenante histoire. »
D’où vient la haine que les hommes ont longtemps portée aux manchots ? Sait-on que ces derniers ont bien failli disparaître dans d’horribles circonstances ? Et que cherchons-nous par delà les flots, alors que nous savons à peine nager ?  La Visite curieuse et secrète enquête sur le mystérieux lien qui semble rattacher l’homme à l’océan. Des légendes ancestrales aux dernières et invraisemblables découvertes scientifiques, pour la plupart encore confidentielles, une navigation jusqu’aux frontières du monde connu se déploie au fil des pages.
Un essai drôlatique, sérieux, commis par un esprit plein de malice, dans la veine de son précédent ouvrage le Traité de la boule de cristal.
 

Histoire spirituelle de la danse

Histoire spirituelle de la danse

à l’intérieur de laquelle on s’efforcera de découvrir
le mystérieux mouvement des fins dernières,
afin de parvenir à la connaissance,
si toutefois telle chose peut
s’entrevoir, des raisons
 Œuvrant à la
 choro
pho
bi
e

« Je ne puis me dispenser de mentionner que l’Église chrétienne, qui a reçu dans son giron et mis à profit tous les arts, ne sut cependant rien faire de l’art de la danse… La danse est maudite, dit une pieuse chanson populaire, quand tu vois danser, pense à la tête coupée de saint Jean-Baptiste sur le plat sanglant, et la tentation infernale n’aura pas de puissance sur ton âme ». Cette observation d’Heinrich Heine dans Lutèce sera le point de départ de notre enquête.
D’où vient cette surprenante méfiance ? Les raisons en seraient-elles assurément religieuses ? Or, selon des auteurs très savants, c’est au Paradis que l’on trouve les chorégraphies les plus excellentes ; et comme on le verra, rares sont les mystiques qui n’aient pas fait parler leur corps à en rendre jaloux les plus grands performeurs de notre temps. N’y aurait-il un événement formidable, des faits méconnus que l’on aurait oubliés, ou encore des héritages mal digérés, qui nous aideraient à pénétrer les mystères de cet obscur paradoxe ? Serait-il possible de s’engager dans la toute première exploration d’une histoire spirituelle de la danse ?